Une résidence pour personnes âgées qui allie technologie et audace

«Le béton est souvent associé au froid, par sa couleur, par sa dureté et par l’utilisation qu’on en fait généralement. Au Saint-Jude, nous avons voulu prouver que ce n’était pas le cas.»

À l’angle des boulevards Saint-Jude et Auger, à Alma, BPDL vient d’ouvrir les portes d’une résidence hôtelière 5 étoiles pour personnes âgées, Le Saint-Jude. En se distinguant par son architecture audacieuse et par l’utilisation exclusive de béton préfabriqué intégral pour sa construction, Le Saint-Jude est devenu le véritable symbole du savoir-faire de l’entreprise almatoise dont la renommée a depuis longtemps traversé les frontières du Québec.

À la base du Saint-Jude, il y avait d’abord la volonté de créer une résidence rassurante et sécuritaire, c’est pourquoi le béton préfabriqué intégral s’est imposé dès le départ. «Le matériau est durable», explique Guy Bouchard, vice-président, chef ingénieur chez BPDL et responsable du projet. «Il est conçu pour offrir une résistance supérieure au feu, aux séismes et aux grands vents, en plus d’offrir une insonorisation accrue. Ce sont des caractéristiques très appréciées par les gens qui résident au Saint-Jude», ajoute-t-il.

Les concepteurs ont donc opté pour des dalles pleines précontraintes fabriquées en usine qui ont l’avantage principal de permettre la création d’espaces intérieurs communs à aire ouverte, tout en maintenant une excellente insonorisation entre les étages. De plus, les dalles ont permis de compléter les différents étages à un rythme accéléré: dès l’édification des premiers étages, il a été possible d’entreprendre les travaux d’électricité et de plomberie à l’intérieur, augmentant ainsi la rapidité d’exécution sur l’ensemble du bâtiment. Les 12 escaliers ont également été conçus en béton préfabriqué, ce qui a permis d’éliminer complètement l’utilisation du béton coulé sur place, garantissant un chantier propre, libre et sécuritaire en tout temps.

Au final, le bâtiment compte 126 unités réparties sur 6 étages pour une superficie totale de 10 700 mètres carrés. BPDL a assuré la fabrication de 1 770 panneaux, 236 colonnes, 220 murs extérieurs, 224 balcons, 25 poutres et 695 dalles; les chiffres sont d’autant plus impressionnants sachant qu’il n’a fallu que 95 jours pour en faire l’installation.

Un bâtiment chaleureux et vert

«Le béton est souvent associé au froid, par sa couleur, par sa dureté et par l’utilisation qu’on en fait généralement, explique Guy Bouchard. Au Saint-Jude, nous avons voulu prouver que ce n’était pas le cas.» Pour y parvenir, il a été décidé d’utiliser différentes formes, différents types de finis et différentes couleurs de béton, de façon à créer un bâtiment dynamique et chaleureux. Par exemple, les murs extérieurs juxtaposent un fini de pierre martelée pour les balcons et un béton beige traité au jet de sable au niveau des appartements. Le rez-de-chaussée, quant à lui, arbore une mosaïque réalisée en intégrant de petites pièces de maçonnerie à l’intérieur de grands pans de murs de béton avec faux joints, lesquels ont été traités avec diverses intensités de jet de sable. Dans les couloirs, certaines pièces de béton se distinguent également par leur léger fini au jet de sable. Dans tous les cas, le béton assure une facilité d’entretien et une économie des coûts de finition.

Le bâtiment en lui-même se démarque par ses courbes généreuses et ses balcons filants moulés d’une pièce dont la profondeur varie entre 5 et 12 pieds. «Les formes des balcons cachent des bacs à fleurs à chaque étage, explique monsieur Bouchard. Avec le temps, les fleurs et les plantes qui vont pousser vont vivifier la structure et apporter de nouvelles couleurs au bâtiment.»

L’utilisation du béton préfabriqué intégral permet également la construction d’un bâtiment écoénergétique et vert. Grâce à sa grande masse thermique, le matériau offre d’abord une bonne isolation. De même, la conception des systèmes d’ancrage permet d’éliminer les ponts thermiques. Ensuite, la possibilité qu’il soit recyclé ou réutilisé, ainsi que le peu de rebuts générés tant durant le processus de préfabrication que sur les chantiers sont des éléments qui pourraient contribuer à l’obtention de points menant à la certification LEED. «À l’usine, nous avons également mis en place des méthodes de fabrication et de gestion des déchets écologiques, dans une perspective de développement durable», ajoute Guy Bouchard. Enfin, la presque totalité des matériaux utilisés pour la construction a été fournie par des entreprises locales.

À l’heure actuelle, BPDL estime qu’une construction en béton préfabriqué intégral est possible pour un bâtiment pouvant atteindre de 10 à 12 étages, dépendant de sa configuration, si celui-ci comporte un certain nombre de répétitions sur chaque niveau, de façon à ce que les murs porteurs soient alignés sur chaque étage, par exemple. Il est donc réaliste de penser que le matériau pourrait répondre à des besoins variés, autant dans les secteurs résidentiel et commercial qu’institutionnel.

Commentaires

Autres articles du numéro

SOPREMA, entreprise manufacturière d’envergure internationale spécialisée dans la fabrication de produits d’étanchéité, de végétalisation, d’isolation et […]
Dans le hall d’entrée d’un immeuble à bureau situé en plein cœur du centre-ville de […]
Situé sur l’ancien Faubourg Québec et profitant d’un front fort sur le Fleuve St-Laurent, le […]