Un musée spectaculaire pour Québec

MBAQDepuis juillet 2013, EBC travaille à l’agrandissement du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), qui devrait être achevé en 2015. Il s’agit du premier projet relatif au domaine muséal que l’entreprise décroche et les travaux totaliseront 60 millions de dollars. Cet agrandissement consiste en l’ajout du pavillon Pierre Lassonde de 14 900 mètres carrés sur l’emplacement de l’ancien couvent des Dominicains, sur la Grande Allée, à Québec, doublant presque la superficie actuelle du complexe muséal.

Un projet spectaculaire

Conçu par les firmes d’architectes OMA (Office for Metropolitan Architecture) et Provencher Roy et associés, le bâtiment juxtaposé à l’église Saint-Dominique comportera des salles d’exposition, des zones fonctionnelles – comme des ateliers et des zones de préparation d’œuvres d’art –, une nouvelle aire d’accueil pour les visiteurs, un amphithéâtre de 250 places, un café et des espaces locatifs. Plus de 70 % des nouvelles surfaces seront destinées à exposer des œuvres.

Le nouveau pavillon sera composé de cinq niveaux, dont deux au sous-sol et trois galeries superposées de taille décroissante, disposées de sorte que le troisième étage se situe en porte-à-faux au-dessus d’une magnifique structure en verre. Cette dernière permettra d’augmenter son ouverture vers le monde extérieur.

Grâce à l’architecture au design unique et moderne, le musée deviendra un bâtiment phare de la ville de Québec. «C’est un projet spectaculaire tant sur le plan de l’architecture que de la structure. Puisqu’il s’agit d’un musée, donc d’un bâtiment qui relié à l’art, il se démarque à peu près à tous les degrés de finition», affirme Jean-Serge D’Aoust, vice-président principal bâtiments.

Un bâtiment identitaire

C’est avec beaucoup de fierté que les artisans d’EBC participent à ce grand projet, qui non seulement s’avère être un des plus grands chantiers reliés au domaine culturel au Québec, mais est aussi un modèle en matière de développement durable et de respect du patrimoine. Il contribuera assurément à augmenter l’attrait culturel et touristique de la ville de Québec.

L’agrandissement permettra au MNBAQ d’exposer des œuvres qui sont actuellement conservées dans les réserves, de même que d’accueillir plus d’expositions d’envergure nationale et internationale. Les nouvelles salles dotées d’équipement à la fine pointe de la technologie pourront mieux répondre aux besoins de l’art contemporain. Les aires d’accueil et de restauration plus vastes permettront aux visiteurs de vivre une expérience unique.

Coordination et minutie

EBC a reçu le mandat de construire le nouveau pavillon de A à Z, de même que le tunnel souterrain qui reliera le pavillon Pierre Lassonde au reste du musée. Une équipe dirigée par Serge Boily, directeur de construction chez EBC à Québec, a donc procédé à la première étape, soit de creuser le sol d’un mètre de profondeur supplémentaire, les trois quarts de l’excavation étant déjà effectués précédemment. Cette étape comportait deux principales difficultés: la présence de roc dans le sol, qui a nécessité du dynamitage, et la conservation d’arbres centenaires aux alentours du chantier de construction. Ensuite, EBC a commencé à procéder au coulage du béton, des sous-sols jusqu’au rez-de-chaussée.

Le chantier restera ouvert tout l’hiver, pendant lequel une centaine d’ouvriers travailleront. Au printemps 2014, on érigera les structures d’acier, qui constitueront la charpente du bâtiment. Celle-ci sera plutôt imposante compte tenu du fait qu’une grande partie sera montée en porte-à-faux au-dessus de l’ancien presbytère, qui sera restauré. Puis, le mur-rideau vitré qui constitue l’enveloppe du bâtiment sera installé autour de la structure; cette étape requerra beaucoup de savoir-faire, puisque certaines vitres structurales mesureront environ 30 pieds de hauteur.

La finition intérieure demandera aussi beaucoup de minutie, notamment en ce qui a trait aux systèmes mécaniques, comme le chauffage et la ventilation. En effet, la conservation des œuvres d’art requiert un parfait contrôle de l’humidité et de la température, alors on y trouve des installations à la fine pointe de la technologie. «Rien n’est standard et tout est à prévoir», résume Jean-Serge D’Aoust. Sur le chantier, il faut donc s’assurer que toutes les composantes fonctionnent de façon optimale et coordonner la mise en place des différents systèmes de façon rigoureuse.

Partenaires multiples

La construction du pavillon Pierre Lassonde a été rendue possible grâce à un partenariat entre le gouvernement du Canada (contribution de 33,7 millions de dollars), le gouvernement du Québec (contribution de 45,1 millions de dollars), la Ville de Québec (5 millions de dollars) et le secteur privé (différents dons coordonnés la Fondation du MNBAQ totalisant 24,6 millions de dollars, dont 10 millions proviennent de Pierre Lassonde, homme d’affaires et président du conseil d’administration du Musée).

 

Commentaires

Autres articles du numéro

Pourquoi construire des murs quand la nature nous offre ses plus beaux atouts? L’essence de […]
Au cours de ses 20 ans d’existence, le Fonds immobilier de solidarité FTQ a participé à des […]
Pour souligner le 375e anniversaire de Montréal, Inno Magazine a le plaisir d’organiser la soirée des […]