SOPREMA : la science du bâtiment

C’est au cœur du Québec, à Drummondville, que SOPREMA a bâti récemment sa toute première usine de fabrication d’isolant de polyisocyanurate en Amérique du Nord. Il s’agit d’un isolant (mousse hydrophobe à cellules fermées) fabriqué sous forme de panneaux rigides plats revêtus sur les deux faces, qui est utilisé pour diverses applications, notamment dans l’isolation de toitures.

Le projet, piloté par le consortium formé d’ABCP architecture et de Dominique Blais Architecte, a été construit par l’entrepreneur général RONAM, soutenu à son tour par plusieurs sous-traitants. Le tout fut livré dans les délais et même avant les échéances prévus grâce à la collaboration et à la rigueur des intervenants.

UsineSoprema-StephaneGroleau-424

Un projet porteur

Ce projet majeur pour la région représente un investissement de 43 millions de dollars et a créé 26 emplois à ce jour, sans compter les emplois qui seront créés indirectement chez les fournisseurs et les entreprises de transport locaux. D’ici deux ans, selon les estimations, SOPREMA aura créé 50 emplois spécialisés dans le domaine, notamment des postes d’ingénieurs, de chimistes et de techniciens divers. « Ça prend de la main-d’œuvre! Ça crée des emplois permanents et sérieux pour la région», estime monsieur Richard Voyer, vice-président à la direction de SOPREMA.

Drummondville, un emplacement de choix

L’acquisition des terrains qui ont accueilli l’usine de SOPREMA ne fut pas de tout repos pour les parties intéressées, mais le défi résidait surtout dans le fait que le train devait pouvoir y accéder, un élément essentiel du projet. «Géographiquement, nous sommes situés au cœur du Québec et il y a aussi l’intérêt de combiner des matériaux différents quand on va livrer à nos clients, précise monsieur Voyer. C’est un aspect assez important, car on peut combiner le transport de rouleaux d’étanchéité (qui sont lourds) avec de l’isolation thermique, qui est un produit léger. Donc, on réalise des économies sur le plan du transport. Nous sommes dans un marché très concurrentiel, alors il faut faire preuve d’adresse pour trouver tous les moyens pour acheminer le produit sur le chantier au meilleur coût.»

Tous les efforts de communication et de coordination entrepris auprès de la ville ainsi que du ministère des Transports et de la Faune ont porté leurs fruits, car le train a commencé à desservir l’usine le 23 novembre dernier. Cette inauguration fut précédée par une période de tests et de rodage pour la production des panneaux de polyisocyanurate.

C’est depuis octobre que SOPREMA est en mesure de desservir sa clientèle dans un rayon de 800 km autour de Drummondville, englobant Toronto, le nord-est des États-Unis, Montréal et les Maritimes.

UsineSoprema-StephaneGroleau-513-p

Une vision globale du bâtiment

SOPREMA est depuis longtemps un chef de file dans les composantes servant à l’étanchéité des bâtiments. Pour son vice-président, l’isolation thermique était la prochaine étape, car «30 % de l’énergie est perdue dans le bâtiment selon certaines études. Le bâtiment devient donc une science. SOPREMA est spécialiste en étanchéité du bâtiment, dont le complément est l’isolation thermique.»

Même si les produits sont traditionnellement utilisés pour l’isolation des toitures, SOPREMA concevra également, dans un futur approché, des produits destinés à l’isolation thermique des murs. «Ce qu’on veut, c’est qu’il n’y ait pas de perte de chaleur», explique monsieur Voyer.

Une certification importante

La conception exceptionnelle de la nouvelle usine a reçu de nombreux éloges et le Prix d’excellence en immobilier remis par l’Institut de développement urbain du Québec (IDU). Cette récompense, qui honore l’innovation et la contribution à la communauté, souligne le travail de ceux qui ont contribué au succès de projets immobiliers québécois.

Cette usine de SOPREMA est en voie d’obtenir sa certification LEED Or, que l’on ne voit que très rarement dans le domaine industriel, notamment grâce à sa capacité à récupérer la chaleur et à être autonome, jusqu’à une température extérieure de -21 degrés Celsius. Ce qui contribue également au développement durable et à la réduction de l’impact environnemental de la production.

Des projets d’avenir

SOPREMA excelle dans le réinvestissement de ses bénéfices depuis des décennies, ce qui lui assure une croissance importante dans plus de 90 pays dans le monde. Avec l’acquisition de plusieurs entreprises dans le sud de l’Europe en 2015, elle prend un tournant vers l’isolation thermique – un complément pertinent à l’étanchéité. Mais le polyisocyanurate n’est qu’une première étape et d’autres innovations suivront dans les prochaines années. «Nous voulons élever les standards de l’industrie. Le souci du détail dans le bâtiment, tout est là. On a une excellente équipe de recherche et la capacité de changer les façons de faire», conclut monsieur Voyer.

Photos: Stéphane Groleau

Commentaires

Autres articles du numéro

Le projet de condominiums situé au 240, rue Bates, dans Ville de Mont-Royal est le […]
Céragrès, importateur et distributeur de produits de revêtement mural, de sol et de produits spécialisés, […]
Le projet d’agrandissement de l’Hôpital général juif a beau s’avérer moins substantiel que la construction […]