Siège social de l’ ACQ : les architectes voient grand

Le nouveau siège social de l’Association de la construction du Québec ( ACQ ) ouvrira ses portes dans les prochaines semaines et regroupera sous un même toit les locaux de l’ACQ provinciale, de sa filiale Qualité Habitation et de la régionale ACQ – Métropolitaine.

La conception du bâtiment est signée en consortium par le bureau de Rimouski Proulx et Savard et par la firme montréalaise Cardin Ramirez Julien. De cette association interrégionale entre David Savard et Jean-François Julien, anciens amis d’école, est née une synergie nouvelle qui donne au projet toute sa singularité et son dynamisme. «L’important, ce n’est pas la distance. C’est de travailler avec la bonne personne!», affirme sans hésitation David Savard.

Un bâtiment imposant

C’est d’abord la prestance du bâtiment qui frappe le visiteur à l’approche du nouveau siège social de l’ACQ qui a pignon sur le boulevard Métropolitain, dans l’est de Montréal. Avec ses quatre planchers et sa superficie totale de près de 5000 m2, le bâtiment se démarque en effet des constructions voisines et l’effet est amplifié par la proximité du bâtiment sur la rue. De ce fait, il a été décidé en début de projet d’éliminer les espaces de stationnement en façade pour pouvoir profiter au maximum du coin de rue. Le stationnement a donc été déménagé à l’arrière où il est facilement accessible par l’entrée orientée à l’ouest.

Le bâtiment émerge du lot par son grand mur-rideau de verre triple qui fait face à l’Autoroute Métropolitaine. Le reste de la construction est faite de maçonnerie jaune et noire sur laquelle se greffent des fenêtres d’allure aléatoire afin qu’un maximum de bureaux à l’intérieur puisse avoir un accès direct à la lumière naturelle. Le siège social surprend finalement par ses escaliers placés en retrait aux extrémités de la construction. Les escaliers ainsi construits prennent moins de place à l’intérieur et n’enlèvent pas de visibilité pour les gens qui s’y trouvent, tout en servant d’écran supplémentaire pour les résidences situées au sud de l’édifice.

Il faut dire que le choix du site, bien que stratégique (le bâtiment est facilement accessible par l’autoroute, autant pour les visiteurs venant de l’île de Montréal que des autres régions du Québec), représentait un défi de taille pour les architectes. Face à l’autoroute, le bâtiment doit offrir une bonne insonorisation en plus de pouvoir résister à une importante quantité de polluants, ce qui a évidemment guidé le choix des matériaux, toutes les vitres (même les fenêtres situées à l’arrière) sont en verre autonettoyant, par exemple. De même, dans un effort écologique, plusieurs des matériaux choisis sont recyclés ou de provenance régionale.

Un parcours éducatif

L’intérieur du bâtiment a, quant à lui, été conçu à partir du hall monumental de trois étages qui a le double avantage de servir de tampon pour le son et d’offrir un apport généreux de lumière naturelle à l’intérieur. Le hall impressionne par son escalier et par le choix audacieux de placer le poste d’accueil au centre de l’espace. De plus, les architectes ont décidé de laisser certaines structures de soutien apparentes : « Ces structures sont très esthétiques, expliquent les architectes. Nous avons pensé que, dans le contexte de l’ACQ, elles pourraient faire partie de l’espace pour servir à des fins éducatives. Les structures visibles deviennent une salle d’exposition du milieu de la construction au Québec ».

Le reste du bâtiment se compose de bureaux, lesquels sont regroupés par département. On compte également une entrée distincte pour l’ACQ Métropolitaine. Enfin, on retrouve au sous-sol une salle de repos vitrée, des salles de réunion et d’entraînement ainsi qu’une terrasse qui fait face au sud, de sorte que la lumière y est optimisée.

En voie de certification

Tout au long du projet, une grande importance a été accordée à l’intégration de solutions écologiques et responsables en vue de l’obtention de la certification LEED NC. Parmi les stratégies développées, on retrouve des systèmes mécaniques et électriques d’économies d’énergie (voir autre texte) et des systèmes de réduction de la consommation d’eau pour l’ensemble du bâtiment. L’enveloppe du bâtiment, quant à elle, a été conçue de façon à offrir une performance optimale et les intervenants ont opté pour la création d’un toit blanc réfléchissant.

À l’intérieur, des postes de recyclage ont été installés à chaque étage, de même qu’un local dédié au recyclage a été prévu. Des espaces de rangement pour les vélos ont également été installés au sous-sol. Enfin, le paysagement extérieur a tenu compte des recommandations écologiques, tellement qu’on n’a pas hésité à intégrer plus d’arbres sur le terrain que le nombre exigé par la réglementation municipale.

«Notre client, l’ACQ, est un vrai connaisseur de la construction, ce qui a donné lieu à des échanges intéressants et pertinents, concluent les architectes. La participation de tous les intervenants était agréable et constructive, ce qui a permis de mener le projet plus loin».

Commentaires

Autres articles du numéro

Le triangle formé de l’avenue Mountain Sights et des rues Jean-Talon et de la Savane, […]
«Notre objectif est de mettre en place des éléments parmi lesquels les gens se sentiront […]
Le réaménagement du Casino de Montréal a gagné plusieurs prix d’architecture, dont le Prix espace […]