Le Rapibus, développement durable et unique

Le Rapibus de Gatineau est un système rapide par bus (SRB), un mode de transport qui fait appel à des voies de circulation exclusives aux autobus. Il utilise des autobus articulés de grande capacité pouvant accueillir une centaine de personnes, plus écologiques, et des autobus réguliers, et il offre une grande facilité d’adaptation à la demande croissante.

C’est en 1994, dans le cadre d’une étude de transport intégré régionale, qu’est née l’idée d’utiliser le corridor ferroviaire qui traverse Gatineau afin d’y aménager une voie réservée au transport en commun.Une analyse socioéconomique complète a permis de déterminer que le Rapibus serait le mode de transport en commun idéal pour cette région du Québec. En effet, l’emplacement central de la voie ferrée – traversant les milieux résidentiels et commerciaux et les institutions d’enseignement – offrait de loin le meilleur ratio coût-bénéfice par rapport à d’autres solutions comme le train léger ou les voies réservées sur routes existantes.

Système rapide par bus

Le Rapibus de Gatineau est un système rapide par bus (SRB), un mode de transport qui fait appel à des voies de circulation exclusives aux autobus. Il utilise des autobus articulés de grande capacité pouvant accueillir une centaine de personnes, plus écologiques, et des autobus réguliers, et il offre une grande facilité d’adaptation à la demande croissante. De plus, le Rapibus  pourra aisément évoluer vers d’autres modes de propulsion lorsque les volumes de déplacement le justifieront.

Le Rapibus comportera 10 stations réparties sur les 12 kilomètres du parcours initial. Ces stations offriront confort, sécurité et abris contre les intempéries. Aménagé dans l’emprise du corridor ferroviaire existant, le Rapibus reliera le boulevard Labrosse au boulevard Alexandre-Taché tout en assurant la desserte des centres-villes du secteur Hull et d’Ottawa.

De nombreux avantages 

En plus d’être une solution économique, le Rapibus permet une plus grande malléabilité d’horaire et même de trajet que le train. En effet, les autobus  desserviront les quartiers environnants pour se rabattre par la suite vers certaines stations du corridor. Aussi, le corridor ferroviaire ne dessert pas le centre-ville du secteur Hull – Ottawa et aurait requis un service d’autobus ou un prolongement des voies ferrées, une solution plus coûteuse et compliquée.

De plus, le corridor Rapibus  et ses terminus seront réservés aux véhicules de la STO, facilitant les opérations de déneigement et d’entretien de la chaussée. La STO n’a donc pas à partager la route, comme dans le cas de voies réservées conventionnelles où le contrôle est assumé par le service de police. Dès lors, aucun véhicule ne s’infiltre dans la voie réservée, ce qui accélère le service.

Solution verte 

Afin d’accueillir la nouvelle clientèle, la STO a prévu l’aménagement de deux nouveaux Parc-o-bus, aux stations de la Gappe et Labrosse, offrant à son ouverture plus de 400 places de stationnement additionnelles, retirant par le fait même tous ces véhicules de la route et offrant une solution verte pour le transport en commun. Le Rapibus contribuera donc à réduire les gaz à effet de serre et le niveau de pollution par l’entremise de ses citoyens.

Une piste cyclable sera aménagée sur la majeure partie du corridor, rejoignant parfois des pistes cyclables existantes sur rue, et traversera le pont Noir (le pont ferroviaire situé entre les rues St-Louis et Loiret), qui a la largeur d’une voie et qui a été modifié pour faire passer les autobus. La piste cyclable a nécessité un investissement important et représente une valeur ajoutée pour les cyclistes.

Nouvelle clientèle, nouvelle tarification

En plus de cibler les utilisateurs actuels du transport en commun, le Rapibus vise toute personne désireuse d’opter pour une solution verte dans ses transports en améliorant son offre de service en dehors des heures de pointe et en facilitant les déplacements sur l’ensemble du territoire de Gatineau.

On prévoit aussi que la densité observée autour du corridor augmentera avec la mise en place du Rapibus, comme cela a été le cas dans les villes où ce genre de projet a vu le jour. D’ailleurs, la planification de projets d’envergure à proximité du corridor commence à voir le jour et les agents d’immeuble font la promotion de la valeur ajoutée des propriétés situés près du Rapibus, confirmant l’impact économique positif d’un tel projet.

Afin de répondre à la demande des usagers et de faciliter la gestion, une nouvelle tarification harmonisée s’appliquera pour le Rapibus, comme pour le reste du réseau, contrairement à ce que l’on peut voir dans la grande région de Montréal.

Des alliés de taille

Puisque la STO ne possédait pas d’expertise dans le domaine de la construction de projets de cette envergure, elle a mandaté la firme Pomerleau pour l’assister dans la gestion de ce projet. De 2008 à 2012, la firme a donc pris en charge la conception des plans et devis et leur validation, ainsi que l’obtention des permis.

Puis, Macogep a pris la relève et est devenu le gestionnaire de projet rattaché au bureau de projet Rapibus. Son mandat consiste à planifier les différentes étapes de la construction, contrôler les coûts et coordonner les chantiers, obtenir les autorisations gouvernementales, et ce, tout en respectant les contraintes budgétaires du client et les échéanciers. Plusieurs autres professionnels sont mis à contribution dans ce grand projet: des ingénieurs pour la conception dans le domaine du civil, du ferroviaire, des ouvrages d’arts et des stations, des architectes, des professionnels en environnement, etc.

Ces professionnels se sont aussi avérés essentiels pour relever les défis de configuration particulière que présentait le domaine ferroviaire, régi par plusieurs règles. Après de longues négociations, la STO a pu acquérir une bonne portion du corridor de la compagnie Chemin de Fer Québec-Gatineau (CFQG). À cause de la proximité des maisons et de terrains privés,  quelques murs écrans ou aménagements particuliers ont été réalisés  pour préserver l’intimité des gens.

La fierté d’une ville

En plus de favoriser l’essor de Gatineau, le Rapibus permet de faire rayonner l’Outaouais. Grâce à la créativité des artisans, un grand projet de transport en commun inspiré par le développement durable voit le jour au Québec. Tous ceux qui y ont travaillé sont fiers du leadership dont l’équipe a fait preuve et d’avoir contribué à développer une nouvelle expertise.

Pour mettre en valeur la fierté des Gatinois par rapport à leur ville, les stations comporteront des panneaux relatant son histoire, faisant ainsi le lien entre le quartier et le corridor de transport. Avec les fusions, on trouvait important de faire revivre l’histoire des quartiers et leur culture, ce qui a été rendu possible grâce aux archives et à une historienne chevronnée.

Comme dans tout projet de cette taille, le Rapibus rassemble beaucoup d’intervenants et la firme Macogep prévoit que la mise en service se fera avec beaucoup d’émotions.

Le futur

Au cours de la première année de mise en service du Rapibus, la STO prévoit une augmentation de 15 % de son achalandage dans ce corridor, un objectif réaliste. Et contrairement à certaines installations ailleurs au Québec, le Rapibus est prêt à être victime de son succès et pourra faire face à une hausse de l’achalandage au fil des années.

Déjà, la STO envisage des prolongements vers l’est et l’ouest.

Commentaires

Autres articles du numéro

Le site triangulaire borné par le boulevard Henri-Bourassa, le boulevard de l’Acadie et l’autoroute des […]
Le nouveau campus de l’Université de Montréal à Laval présente des défis à tous les […]
LEED dicte des lignes de conduite et des standards de qualité qui étaient importants pour […]