Place des Arts

Espace G.-E.-Lapalme, Place des Arts

Revitaliser un lieu culturel

Par Mariane Landriau

Avec ses six salles de spectacles, sa salle d’exposition et son esplanade, la Place des Arts est une véritable plaque tournante du monde du spectacle à Montréal, et même au Québec. Dans le cadre de la revitalisation du Quartier des spectacles, et afin d’asseoir la notoriété de cette institution, une refonte totale de l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme s’imposait.

Autrefois appelé le «Hall des pas perdus», cet espace juxtaposé au métro était tellement monotone et envahi par la publicité que les quelque 20 000 personnes qui l’empruntaient quotidiennement ne remarquaient pas la vocation culturelle de l’endroit. Pour remédier à la situation, on a alors mandaté la firme MENKÈS SHOONER DAGENAIS LETOURNEUX Architectes, en collaboration avec Provencher Roy Associés Architectes, pour redonner une identité culturelle et une cohérence à ce point de rendez-vous.

PDA-StephaneGroleau-134
Place des Arts
Photo: Stephane Groleau

Exprimer la vitalité artistique

Le principal mandat consistait à créer une ambiance évoquant les arts et à revoir la fonctionnalité de l’espace, tout en prévoyant l’ajout d’une nouvelle salle d’exposition et un accès vers l’esplanade. En plus de mettre en valeur l’offre culturelle, les architectes devaient également revoir l’intégration des commerces existants et aussi incorporer deux nouveaux restaurants, le Seingalt, situé à la sortie de la salle Wilfrid-Pelletier, et le bistro Place Deschamps, à gauche de l’entrée.

Dans une première étape, les architectes ont complètement dépouillé le lieu des éléments superflus: habillage de béton, plafonds, affichage publicitaire, brique et planchers. L’un des éléments clés de la réorganisation du lieu consistait à réaménager les entrées des différentes salles de spectacles. «On a travaillé comme si on se trouvait sur une rue, un espace public où chacune des compagnies résidentes et des théâtres de la Place des Arts – le théâtre Jean-Duceppe, la cinquième salle, etc. – s’afficherait et exposerait son offre de spectacles», explique Jean-Pierre LeTourneux, le concepteur du projet.

Maintenant, les théâtres signalent leur présence au promeneur à l’aide de marquises. Celle de la salle Wilfrid-Pelletier, particulièrement grandiose, est composée de lattes métalliques qui se déploient à l’horizontale en ondulant, évoquant une fraise de la Renaissance. L’entrée de la cinquième salle, de son côté, se démarque par des panneaux lumineux apposés au mur, en alternance avec des panneaux métalliques.

La billetterie, quant à elle, a été relocalisée de sorte qu’elle soit plus accessible et plus visible aux passants. Afin d’enrichir l’offre culturelle de l’espace, on a ajouté une salle d’exposition qui peut être louée à l’occasion de différents événements, par exemple lors du Festival de jazz.

Dans le couloir menant à la salle Wilfrid-Pelletier, on retrouve un espace immersif multimédia. Celui-ci est composé d’une série de 35 écrans numériques disposés en mosaïque qui diffusent des animations relatives aux arts de la scène, comme un instrument de musique ou les pieds d’une ballerine. Afin de décloisonner davantage les lieux, on a utilisé une partie des murs maintenant dégagés pour installer des écrans publicitaires numériques. En alternant différentes publicités sur chacun de ces écrans, on peut ainsi accommoder plus d’annonceurs tout en accaparant moins d’espace.

Le réaménagement a également permis de libérer de sa paroi de verre la sculpture de Pierre Granche, intitulée Comme si le temps… de la rue, qui siège maintenant au cœur du nouveau bistro Place Deschamps, et de mettre en valeur l’œuvre de Claude Bettinger, nommée L’artiste est celui qui fait voir l’autre côté des choses, en dessous d’un puits de lumière.

Bref, l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme est devenu un lieu chaleureux où les gens s’arrêtent pour s’imprégner les sens de la culture d’ici au lieu de le traverser les yeux au sol.

Un lien vers le Quartier des spectacles

La firme MENKÈS SHOONER DAGENAIS LETOURNEUX Architectes connaissait très bien le Quartier des spectacles, car elle y avait déjà réalisé le Louis-Bohème, un immeuble à vocation mixte d’environ 300 logements, et la Maison du développement durable, le premier bâtiment certifié LEED NC Platine au Québec. Il était donc facile pour eux d’établir un dialogue entre la Place des Arts, les bâtiments environnants et les lieux publics à proximité lors du réaménagement de l’entrée principale de la Place des Arts.

Initialement composé d’une dalle de béton, la nouvelle entrée se veut un grand porte-voix qui signale la présence de la Place des Arts sur la rue Sainte-Catherine, en face du complexe Desjardins. Le principal élément de cette entrée est la marquise spectaculaire qui s’élève vers le ciel telle la proue d’un navire. L’esplanade de la Place des Arts se prolonge donc maintenant au-dessus du trottoir, formant un belvédère d’où l’on peut contempler l’activité de la rue ou encore assister à un spectacle pendant l’un des nombreux festivals d’été.

Dans la perspective de la revitalisation du Quartier des spectacles, l’éclairage extérieur de l’esplanade a également été revisité par l’ajout de lanterneaux qui diffusent de la lumière tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, par les puits de lumière.

La reconnaissance du milieu

Le réaménagement de l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme a valu au consortium d’architectes de nombreux prix, dont ceux de Projet de l’année, catégorie lieu public [ex æquo] et Signalisation/Branding des lieux aux Grands Prix du design 2012, de même que le Design Excellence Award 2012, de l’Ontario Association of Architects.

Consortium : MENKÈS SHOONER DAGENAIS LETOURNEUX Architectes / PROVENCHER ROY Architectes

  • Concepteur principal : Jean-Pierre LeTourneux
  • Chargé de projet : Claude Bourbeau
  • Équipe : Jean-Benoît Tremblay, Thomas Bernard Kenniff, Quinlan Osborne, Vincent Lauzon, Nils Rabota, Mathieu Cadoret, Francis Berthiaume, Philippe Mizutani, Pascal Lessard, Véronique De Bellefeuille, Brent Swanson

 

Commentaires

Autres articles du numéro

Le projet de la Pointe-Nord sur l’Île des Soeurs est audacieux : avec ses complexes […]
«Quand on parle d’installation de béton préfabriqué, tout de suite, c’est Miral!» Depuis 1995, Réal […]
Le matériau exceptionnellement durable WETMAR BiOMD reconnu pour son excellence Le prix Green GOOD DESIGN […]