La Maison des étudiants de l’ ÉTS : Une fenêtre sur le monde

Pour les artisans de la firme MENKÈS SHOONER DAGENAIS LETOURNEUX Architectes, il est important de créer des environnements pour les gens, qui seront confortables, durables et invitants, tant pour les utilisateurs que pour les passants. C’est d’ailleurs cette aspiration qui a guidé Anik Shooner et son équipe lorsqu’ils ont développé le projet de la Maison des étudiants de l’ ÉTS, à l’angle des rues Murray et Notre-Dame. Comme le reste du campus est constitué de bâtiments à caractère plus industriel, l’idée de créer un bâtiment signature et un environnement de vie à cette école de génie représentait pour la firme un projet très stimulant.

S’inspirer des lieux et des gens

Preli-int-entreeAvant de commencer un projet, l’équipe de MENKÈS SHOONER DAGENAIS LETOURNEUX Architectes effectue une série de recherches pour déterminer l’historique et l’environnement du site de la future construction, de même que les valeurs et les buts du client. À partir de toutes ces données émerge la conception. Dans le cas de l’ÉTS, la glace fut un élément très inspirant. Le site était autrefois occupé par des bâtiments industriels, dont un entrepôt de glace, où des travailleurs taillaient la glace coupée sur le fleuve avant de la distribuer à leurs clients.

Les analyses sur l’ensoleillement ont aussi beaucoup influencé l’orientation des différents espaces de façon à maximiser l’ensoleillement sur le site et la lumière naturelle dans le bâtiment. «Cela a généré la forme du bâtiment. Les angles ne sont pas gratuits; ils font partie du langage architectural qui donne l’idée de la glace fissurée, mais ils servent aussi à aller chercher le plus de lumière possible», explique Anik Shooner. Certains bâtiments de l’ÉTS sont très vastes et comportent une faible fenestration, mais c’est totalement le contraire avec la Maison des étudiants. Ainsi, l’inclinaison permet de faire entrer le plus de lumière possible quand le soleil se couche, sans toutefois aller chercher trop de soleil du côté ouest, ce qui créerait de la surchauffe.

La fenestration abondante du bâtiment apporte beaucoup de transparence, et ce, dans les deux sens, favorisant la synergie entre la ville et l’école. De l’intérieur, les étudiants et autres utilisateurs sentiront la nature et la ville qui les entourent. À l’extérieur, de la rue Murray, les passants pourront voir l’atrium de deux étages et le magnifique escalier – un aperçu du théâtre de la vie étudiante, comme si on levait un rideau sur leur quotidien.

Comme la Maison des étudiants cumule trois fonctions différentes, soit commerciale, institutionnelle et locative, qui ne sont pas facilement intégrables du point de vue architectural, la tâche des architectes était plutôt complexe. Même si la Maison des étudiants n’occupait pas l’ensemble du lieu, on voulait lui donner une identité forte et conserver son langage institutionnel. Les architectes y sont parvenus en plaçant l’atrium d’un côté et en l’ouvrant vers le monde extérieur, ce qui leur a permis de localiser tous les commerces du côté de la rue Notre-Dame. Comme les commerces forment un volume qui s’intègre à l’ensemble du bâtiment, leur présence demeure discrète et ne confère pas à celui-ci une allure commerciale, ce qui leur permet de conserver leur aspect marketing et leur besoin de visibilité en ayant façade sur la rue.

La création d’un grand porte-à-faux, dont la structure sera très impressionnante, reflète la vocation de formation et de recherche en ingénierie de l’ÉTS. On a également intégré à la fenestration une sérigraphie qui évoque l’aspect créatif du travail de l’ingénieur, l’efflorescence de toutes les idées qui sont diffusées vers l’extérieur, puis interceptées par le cristal du bâtiment. La façade rappelle donc de façon abstraite que derrière chaque invention et chaque solution, l’humain travaille en synergie avec ses pairs.

Le cœur du campus

Afin de créer un dialogue entre le nouveau bâtiment et son environnement, on a reproduit la volumétrie des édifices voisins. Sa couleur pâle et cristalline contraste avec les bâtiments existants, un peu comme un joyau dans un écrin. On a également dégagé des espaces verts de façon à favoriser la circulation des étudiants entre les différents éléments du campus. Ainsi, les étudiants provenant des résidences pourront passer par des sentiers pour se rendre à la Maison des étudiants, et de là, ils pourront se rendre à leurs salles de classe.

Autres projets

La Maison des étudiants, qui vise une certification LEED, sera achevée en 2015. Actuellement, MENKÈS SHOONER DAGENAIS LETOURNEUX Architectes travaille entre autres sur le réaménagement des espaces intérieurs et extérieurs du Casino de Montréal, les condos YUL, la nouvelle bibliothèque Paul-Mercier de Blainville, le CHU Sainte-Justine, la Place Viau (un mégacentre contemporain à Saint-Léonard), des résidences pour personnes âgées et le 900 De Maisonneuve (un immeuble de bureaux).

La passion de l’équipe de MENKÈS SHOONER DAGENAIS LETOURNEUX Architectes, c’est-à-dire construire des environnements où les gens seront heureux, se reflète dans tous ses projets. Elle veille à ce que chaque nouveau bâtiment réponde à cette philosophie d’offrir un environnement de vie aux gens qui vont y vivre: le confort, la lumière naturelle, la convivialité de même qu’une synergie entre les gens, pour aider le quartier à se développer.

autresprojetsMSD

Commentaires

Autres articles du numéro

Au cours des derniers mois, deux projets résidentiels, Le Lowney, Le Seville, conçus par la firme […]
L’architecture du complexe de grande envergure de même que l’aménagement des bureaux ont été confiés […]
Avec la construction de la quatrième phase du prestigieux complexe résidentiel M9, qui s’est terminée à […]