District Griffin : redéfinir la vie de quartier

Aujourd’hui, Griffintown peut enfin jouir d’une seconde vie, grâce entre autres aux promoteurs immobiliers Devimco, Groupe Cholette et Groupe Germain. Au final, il offrira plus de 1500 logements, revitalisant ainsi un quartier entier. Les îlots d’habitations et de commerces s’y côtoient harmonieusement pour créer un tout dynamique à proximité du centre-ville de Montréal et de tous les services.

Des bâtiments qui ont marqué le temps à préserver, une histoire à se rappeler et des mémoires à rafraichir, voilà quelques-uns des objectifs pour la firme d’architectes Martin Marcotte Beinhaker (IBI-MMB) dans le cadre de la revitalisation du quartier Griffintown de Montréal, situé dans le quadrilatère formé des rues Smith, du Séminaire et Ottawa. Grâce au District Griffin, qui comprend une série de projets domiciliaires et commerciaux, nous assistons à une véritable renaissance de cet ancien quartier industriel.

Le projet s’affirme de plus en plus comme un succès immobilier, à un point tel que la firme a décidé d’y installer tous les bureaux des architectes affiliés à IBI, qui occuperont quatre étages dans l’îlot 10.

Un peu d’histoire

Autrefois administré par les sœurs de l’Hôtel-Dieu sous le nom de «Fief de Nazaret », Griffintown doit son nom à Mary Griffin. Elle et son mari favorisèrent son développement en faisant bâtir des logements peu coûteux pour les ouvriers du coin, dont ceux travaillant à leur propre usine.

Griffintown connut un essor remarquable en 1847, alors que le quartier accueillait environ 100 000 Irlandais venus au Canada pour fuir la famine. Le secteur devint un important quartier industriel et les ouvriers bâtirent le pont Victoria, le canal Lachine et des voies ferrées. Au début du 20e siècle, Montréal connaît un ralentissement économique important et plusieurs usines ferment leurs portes.

Aujourd’hui, Griffintown peut enfin jouir d’une seconde vie, grâce entre autres aux promoteurs immobiliers Devimco, Groupe Cholette et Groupe Germain. Au final, il offrira plus de 1500 logements, revitalisant ainsi un quartier entier. Les îlots d’habitations et de commerces s’y côtoient harmonieusement pour créer un tout dynamique à proximité du centre-ville de Montréal et de tous les services, proposant une véritable vie de quartier moderne.

Des îlots innovateurs

La firme IBI-MMB a travaillé sur plusieurs des bâtiments du nouveau District Griffin, dont l’îlot 2 du District sur Peel, situé à l’angle des rues Peel et Ottawa. Celui-ci comportera un basilaire de 120 000 pi2 à l’échelle du quartier, réservé à des commerces, eux-mêmes surmontés de tours de condominiums.

L’îlot St. Ann, quant à lui, comprendra cinq tours résidentielles, chacune orientée vers des éléments clés de Montréal. Grâce à sa fenestration abondante, la première tour offrira à tous les copro­priétaires des vues imprenables vers la ville et le canal Lachine. Le centre de cette structure de cinq bâtiments, au-dessus du stationnement, sera occupé par un grand parc privé, redonnant l’espace aux familles. Cet espace sera traversé par un bassin d’eau, en référence au canal Lachine et aux bassins du Havre adjacents. Les 3 premiers étages de l’un des bâtiments se découpent du reste des 16 étages par une brique beige, reprenant ainsi l’échelle des bâtiments sur la rue de la Montagne.

Quant à lui, l’îlot 10 abritera des activités commerciales et certains des bureaux du quartier. Il s’agit de la première partie du projet sur laquelle ont travaillé les architectes d’IBI-MMB et elle est actuelle­ment en construction. Sur un basilaire d’espaces commerciaux, on retrouvera un hôtel de 184 chambres, 184 unités de condos haut de gamme et des bureaux.

District Griffin est l’un des premiers projets mixtes à Montréal, amalgamant les immeubles de bureaux, les commerces et le résidentiel pour augmenter la densité. Cela permet de réduire l’étalement urbain en intégrant les services et les gens au même endroit, en hauteur dans la plupart des cas – une façon novatrice de créer un quartier de commerces de proximité au sein d’une grande métropole.

Préoccupations environnementales

Bien qu’IBI-MMB n’ait pas reçu de commande pour une certification en développement durable, la firme intègre toujours à ses projets les normes les plus récentes quant à la protection de l’environnement. Par exemple, des systèmes de récupération d’eau mécaniques ont été pensés, les luminaires extérieurs choisis utilisent de l’éclairage DEL et les jardins de rue occuperont une place de choix. De plus, la plupart des toits – dont un sur l’îlot Peel – sont «verts» et le galet choisi pour les toits plats sera blanc afin de maximiser la réflexion des rayons du soleil et ainsi réduire l’effet de serre.

Du point de vue énergétique, l’hôtel de l’îlot 10 utilisera la géothermie pour le chauffage et la firme a également commandé des études éoliennes et d’ensoleillement pour satisfaire à certains critères environnementaux lors de la conception des plans.

Les défis relevés

La mise sur pied d’un tel projet mixte demande une grande expertise et beaucoup de réflexion, de même que créer de l’unité entre les phases, les secteurs d’activités et l’environnement. Puisque les différents bâtiments possèdent différentes vocations, certaines difficultés surviennent, comme l’implantation d’un ascenseur qui traverse le tout. En outre, le sous-sol est souvent occupé par des stationnements qui doivent respecter des ratios tout en rejoignant les critères des fondations des commerces et des tours d’habitation.

Dans un projet d’une telle ampleur, le respect des intervenants du milieu et les besoins des clients potentiels – tant commerciaux que résidentiels – doivent être priorisés, tout en tenant compte des règlements de la Ville. Cette dernière intervient à toutes les étapes, que ce soit pour le respect de certains critères, comme le recul par rapport à la rue et la hauteur des bâtiments, ou pour la création de parcs, l’implantation des écoles prévues, etc. Les demandes et interrogations provenant des audiences publiques tenues pour prendre le pouls de la population et voir à ce que rien n’échappe à la vigilance des concepteurs prennent aussi une place importante.

Au moment de la mise en vente des unités, IBI-MMB a également dû s’adapter aux réalités du marché qui peuvent changer en cours de route. Par exemple, si les petites unités se vendent mieux que les grandes, il faut envisager de retourner à la table à dessin pour faire trois condos avec deux.

Griffintown, un quartier au passé industriel

Un autre défi, et non le moindre, était de garder le cachet industriel d’autrefois, tout en projetant une image moderne. Bref, il fallait créer du neuf à un endroit chargé de souvenirs collectifs forts. Certains bâtiments, même s’ils ne sont pas classés patrimoniaux, se devaient d’être préservés pour commémorer le secteur. Ainsi, pour l’îlot Peel, IBI-MMB s’est fortement inspiré des bâtiments de l’ancien quartier, dont celui de la Barwick, au coin des rues Peel et Wellington, par exemple en gardant le même rythme de fenestration. Le basilaire commercial a aussi été harmonisé avec le Griffintown de l’époque par sa brique et sa trame industrielle plus prononcée.

Sur la rue Smith, il y a eu un concours pour tous les aménagements de cette nouvelle promenade afin de créer de la vie entre la voie ferrée et les nouveaux bâtiments. Au bout trône l’ancien bureau de contrôle du CN, vestige de l’époque.

À l’intérieur du hall des commerces, sur la rue Shannon, des plaques commémoratives rappellent des éléments précis de l’historique du quartier: sur un mur en brique noire, des plaques blanches recouvertes de verre expliquent l’histoire des commerces qui ont marqué le secteur. Aussi, une douzaine de grandes enseignes en plexiglas rétroéclairées afficheront d’anciens logos et des enseignes des compagnies de l’époque, comme La Petite Vache (bicarbonate de soude) et Looney’s (qui fabriquait des Cherry Blossom), seront présents dans le District Griffin.

D’ici la fin 2015, la plupart des îlots de ce nouveau quartier revitalisé seront terminés. Le District Griffin sera le plus grand projet de condos de Montréal, rassemblant du même coup des commerces, des restaurants et des espaces verts au cœur d’un quartier historique.

Commentaires

Autres articles du numéro

En 2007, la Commission de la construction du Québec (CCQ) a acquis le bâtiment du […]
Grâce au stand’ART de deiNERI, tableaux, photographies, arts visuels, etc., s’affichent sans murs! Dans un […]
Intermat et Centre de l’escalier, deux leaders de la finition intérieure dans le marché de […]