Constructions Domi : d’un pont à l’autre

logo_DoMi_final

En affaire depuis 1980, Constructions Domi a développé son expertise en construction et en réfection de ponts au Québec, en Ontario et dans le Labrador. L’entreprise s’occupe d’à peu près tous les types de ponts, surtout dans le domaine forestier et minier, explique Martin Rousseau, vice-président de la compagnie établie à Dolbeau-Mistassini. «On répond aux appels d’offres publics et aux invitations pour les projets clé en main, là où l’ingénierie est incluse dans notre produit. En d’autres mots, nous fournissons les plans et devis aux clients pour la construction.»

Au cours des dernières années, l’entreprise a fait beaucoup de ponts pour les compagnies forestières. Chaque année, elle réalise de 20 à 25 projets pour les ponts forestiers, les mines et le ministère des Transports du Québec.

Une passerelle pour motoneiges

À l’automne 2013, pendant 4 mois, le groupe a érigé la passerelle René-Lavoie, une passerelle de 107 mètres conçue pour le passage des motoneiges au-dessus de la rivière Matane, un projet d’environ 1,2 million de dollars. Selon la période, 4 à 10 employés travaillaient sur le projet.

C’est le club Les amoureux de la motoneige qui avait commandé la construction de cette nouvelle passerelle haubanée en acier galvanisé. La direction du club a obtenu des subventions auprès du gouvernement provincial et de la ville de Matane, ainsi que d’autres commanditaires.

 

En effet, le passage des motoneiges pouvait parfois être dangereux pour les utilisateurs. Certaines années, la glace était trop mince, ce qui causait des problèmes pour les sentiers fédérés. Située à environ un kilomètre du centre-ville de Matane, la passerelle a été construite avec une structure d’acier, un tablier de bois et des fondations de béton armé, tout cela à l’aide de grues et de monteurs d’acier de la Gaspésie.

Selon M. Rousseau, si le projet s’est bien déroulé, le travail avec des câbles d’acier spéciaux – qui doivent être juste assez tendus, mais pas trop – a tout de même posé un défi : «Avec trop de tension dans un câble, ce câble travaille trop et les autres ne travailleront pas, et la passerelle n’aura pas la bonne forme.»

Ponts forestiers : de l’exploitation industrielle aux loisirs

Constructions Domi a construit plusieurs ponts forestiers l’année dernière. Les deux principaux types qu’elle érige sont des ponts acier-bois et bois-bois, c’est-à-dire des structures incluant des poutres d’acier ou de bois, ainsi qu’un tablier de bois. Or, les ponts forestiers facilitent non seulement l’accès des compagnies forestières et minières, mais servent également à la population générale dans des contextes de villégiature (tourisme, chalets, chasse, pêche, etc.) une fois que les entreprises ont quitté les lieux, indique le vice-président.

 

«En 2015, on a fait deux ponts forestiers en Abitibi pour Tembec et Produits forestiers Résolu, ajoute M. Rousseau. On a dû les terminer dans un délai record parce que les clients n’ont manifesté leur besoin que quelques semaines avant le début des travaux.» Sur le terrain, il n’y avait pourtant que six travailleurs. «Le défi n’était pas nécessairement le chantier. C’était la planification en un temps record pour la conception et l’obtention des matériaux. L’ingénierie, la planification et la fourniture de matériaux se sont faites dans un délai de deux semaines avant le début des travaux au chantier», indique M. Rousseau.

Durant l’été 2014, l’entreprise a aussi effectué des réfections majeures sur le pont des chutes César de la rivière Gatineau en raison de l’usure des fondations. En moyenne, six employés ont travaillé sur ce projet d’environ 700 000 $. Il s’agit d’un pont très important pour la villégiature, situé à environ 70 kilomètres de Mont-Laurier, mais qui était fermé. Pour atteindre une zone d’exploitation contrôlée de l’autre côté du pont, il fallait faire un détour de plusieurs heures.

En outre, Constructions Domi fabrique des ponts temporaires à vendre ou à louer en ville ou en région sauvage, qui permettent des accès sporadiques en présentant un faible impact environnemental. Ils sont aussi utilisés pour pallier les besoins urgents, étant donné leur simplicité et leur rapidité d’installation.

Mélanie Alain

 

Commentaires

Autres articles du numéro

Le projet de condominiums situé au 240, rue Bates, dans Ville de Mont-Royal est le […]
Pierre Thabet, président de Boa-Franc, manufacturier des renommés planchers de bois franc Mirage, est lauréat […]
Blottie dans l’intimité d’une forêt de pruches, FAHOUSE présente une construction étonnante qui semble émerger […]