Agrandissement de l’ Hôpital général juif

Le projet d’agrandissement de l’Hôpital général juif a beau s’avérer moins substantiel que la construction du CHUM et du CUSM, l’ajout du nouveau pavillon K destiné aux soins critiques en plein cœur d’un quartier résidentiel et auprès d’un hôpital déjà en activité comporte tout de même son lot de défis.

Ce projet de trois phases en mode de construction en lots multiples (fast-track) et dont le consortium responsable est formé des entreprises Jodoin Lamarre Pratte, Gross Kaplin Coviensky Architectes et Marosi Troy Architectes, consiste globalement à aménager les soins critiques et une nouvelle urgence, et à construire un stationnement souterrain de 500 places.

L’implantation de cet édifice occupera une superficie frisant les 85 000 m2. Un atrium de 3000 m2 est aus si prévu au Programme fonctionnel et technique (PFT), où l’on retrouvera une aire de repos laissant pénét rer la lumière extérieure et servant de point d’orientation afin de se retrouver aisément dans l’établissement. Cet agrandissement fera passer l’hôpital de 160 000 m2 à 245 000 m2, soit une augmentation de près  de 50 % de la superficie actuelle.

245 000 métres carrés en plein cœur d’un quartier résidentiel

Les bâtiments adjacents à côtoyer, la reconnaissance patrimoniale de l’ancien bâtiment des sœurs de Sainte-Croix et, surtout, les opérations continues de l’hôpital fréquenté par des milliers de personnes quotidiennement sont décidément au programme des défis à relever. Les principaux intervenants, que ce soit du côté clinique, administratif ou des architectes et ingénieurs, sont les mêmes depuis le début des travaux, au printemps 2010, précise Michel Broz, architecte associé pour la firme Jodoin Lamarre Pratte. Il vante également les mérites du taux de rétention élevé du personnel de l’Hôpital général juif,  qui assure une continuité essentielle au développement d’un projet de qualité. D’ailleurs, le pavillon N, un édifice qui servait autrefois  de résidences pour la congrégation religieuse, a été transformé en bureau de projets, abritant la centaine de professionnels  qui participent à la construction du pavillon K. Lors de cette même transaction, l’hôpital s’est aussi porté acquéreur du pavillon H  afin d’y installer des cliniques.

 Les objectifs de l’heure

Le consortium poursuit trois objectifs importants pour mener le projet de construction à terme. D’abord, on veut assurer une ségrégation des types de circulation, de sorte qu’un patient ne croise jamais un chariot à déchets, par exemple. Ensuite, on vise 80 % de lumière naturelle partout où se trouvent des employés, un aspect primordial pour le bien-être et la productivité du personnel. Et enfin, on veut créer une cour intérieure adjacente au pavillon de soins critiques. Les familles et les patients pourront ainsi se recueillir dans la tranquillité, et le personnel aura l’occasion de prendre l’air durant un quart de travail.

Vers la mi-novembre, le défi de construction majeur était de s’assurer que le stationnement souterrain d’une superficie de 25 000 m2 soit opérationnel très prochainement. «Au moment où le chantier accueille de plus en plus de travailleurs, les places de stationnement pour le personnel et les visiteurs se font rares tandis que l’achalandage de l’hôpital, lui, ne diminue pas forcément. D’autre part, plus on avance dans les travaux, plus la logistique est complexe: la coordination des accès temporaires, les passages piétonniers pour accéder à l’hôpital, par exemple», ajoute M. Broz.

Les travaux des derniers mois ont créé beaucoup de bruit et de poussière. Cet automne, les équipes sur le terrain ont procédé au raccordement avec les services de la Ville de Montréal, notamment avec la mise à niveau des infrastructures souterraines. Dernièrement, on procédait au revêtement extérieur du pavillon K, auquel il ne manque plus que quatre étages de béton à construire ; son inauguration est prévue pour la fin de janvier 2013. Sinon, l’hôpital a reçu tous les permis pour aller de l’avant avec les phases 2 et 3, tandis que 60 % des contrats de construction sont déjà accordés.

  • Dates de réalisation : 2010 à 2014 (57 mois)
  • Valeur approximative de construction du projet : 260 M$
  • Superficie du pavillon K : 85 000 m2
  • Superficie totale prévue pour 2014 : 245 000 m2

Commentaires

Autres articles du numéro

Le 1250 René-Lévesque ouest est un immeuble commercial bien connu des Montréalais, construit à la […]
Le Québec a financé 470 M$ en infrastructures. C’est énorme! Cet investissement va permettre au […]
Avec la construction de la quatrième phase du prestigieux complexe résidentiel M9, qui s’est terminée à […]