Entrepreneur général RCI. Plus que des digues!

Parfois, certaines entreprises de construction obtiennent des contrats très lucratifs qui débouchent sur des collaborations à long terme. C’est notamment ce qui est arrivé à l’entrepreneur général Rénald Côté inc. (Entrepreneur général RCI), dans les dernières années.

Logo-RCI

Fondée il y a plus de 30 ans, la compagnie est passée entre différentes mains au fil du temps. Ayant changé sa dénomination sociale pour Rénald Côté 2007 inc. (RCI), elle est maintenant dirigée par deux actionnaires : Mario Laberge, secrétaire et vice-président, et Marc Riverin, président. «Avant 2007, on réalisait surtout des projets municipaux : des sites d’enfouissement, des projets de construction de rues pour un chiffre d’affaires d’environ 4 M$ par année. Depuis 2007, l’entreprise a pris de l’ampleur. Le chiffre d’affaires a augmenté considérablement pour atteindre plus de 100 M$ en 2012 et en 2013», indique Mario Laberge.

La mine de fer du lac Bloom

En 2009, RCI a participé à la construction et à la mise en route d’une mine de fer au lac Bloom, à quelque 560 kilomètres au nord de Baie-Comeau. La mine appartenait alors à Consolidated Thompson, qui visait à produire environ 7 millions de tonnes de fer par année pour sa première phase de développement. «On assistait l’équipe de la nouvelle mine. On faisait de la location de machinerie et de personnel [opérateurs, menuisiers, soudeurs, contremaîtres…], en plus de travaux mécaniques, puisque nous sommes membres de la CMMTQ», mentionne M. Laberge.

Selon un article de février 2010 de l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole, à l’époque, plus de 875 M$ avaient été accumulés pour financer le projet. En 2011, la mine a été vendue à Cliffs Natural Resources, jusqu’à ce que la compagnie américaine décide de se retirer du marché canadien et de prendre des arrangements avec ses créanciers en janvier 2015, rapportait alors le journal Les Affaires.

De 2012 à 2014, Cliffs a voulu doubler la capacité de production de sa mine en ajoutant un second concentrateur de minerai, révèle Mario Laberge. Parallèlement à ce projet toujours inachevé, RCI a donc construit d’immenses digues à ciel ouvert en 2013 pour environ 55 M$. «Les digues du lac Bloom mesurent environ 10 kilomètres et servent à créer des bassins étanches pour récupérer toutes les eaux de procédé qui sont retournées pour le lavage du minerai en circuit fermé afin de respecter les contraintes environnementales.»

Durant cette période, jusqu’à 300 employés de RCI ont fourni l’ensemble des services offerts à la compagnie minière. La principale problématique liée à ce projet a été de travailler dans des rejets miniers qui sont très abrasifs et qui entraînent l’usure prématurée des équipements, ainsi que des dépenses d’entretien considérables.

IMG_0084

ArcelorMittal

Un autre projet majeur

Entre 2011 et 2013, de 80 à 100 employés de RCI ont aussi participé à l’expansion de l’usine de la multinationale indienne ArcelorMittal, au mont Wright. Pour faire passer la capacité de production de l’usine de 16 à 24 millions de tonnes par année, la compagnie minière devait construire un deuxième concentrateur pour broyer plus de roches et en retirer le fer par lavage, précise M. Laberge. «J’avais à faire l’excavation du site avant que soient effectués le bétonnage, les fondations et la construction du nouveau concentrateur. Le problème est qu’il fallait faire des coupes de roc de 11 à 13 mètres et on était à trois mètres du concentrateur existant. Dans l’une des zones qu’on devait dynamiter, un convoyeur opérationnel sortait le minerai produit dans les installations existantes. Il ne fallait surtout pas le briser parce qu’on aurait interrompu la production.»

Une autre contrainte majeure était que l’échéancier de dynamitage des 35 000 mètres cubes de roc était de 6 semaines et faisait partie du chemin critique du projet dans son ensemble; le bétonnage devait débuter rapidement, compte tenu de la courte période de temps doux dans cette région nordique. «Parallèlement, nous avons mis en place plus de deux kilomètres de services souterrains autour de l’usine, principalement des conduites de protection incendie», ajoute le porte-parole.

Grâce à sa participation dès le début du projet d’expansion, RCI est devenu l’entrepreneur de services pour ArcelorMittal par l’intermédiaire de SNC-Lavalin, la firme d’ingénieurs qui gérait l’agrandissement. «Le contrat a débuté à 11 M$ et a fini à environ 35 M$. Un nouvel entrepreneur arrivait, il fallait bâtir des rampes, une plateforme pour une grue, tout ce qui impliquait un aménagement temporaire pour faciliter la réalisation des travaux.»

M. Laberge admet que RCI a beaucoup travaillé sur les sites miniers depuis 2009, mais elle ne s’y dédie pas exclusivement. «En 2009-2010, on a construit un tronçon de 4 M$ de la route 389 qui mène à Fermont. On a également réalisé en 2013-2014 une section de 72 kilomètres de la route 167 qui conduit aux monts Otish, où se trouve la future mine de diamants Stornoway. Le coût de ces travaux faits pour la compagnie de caution Intact Assurance devrait avoisiner les 60 M$ lorsque le volet administratif du dossier sera finalisé.»

3 commentaires

  1. J’aimerai faire partie de votre équipe de soudeur sur le plan du lac bloom attuellement la pour le renforsir le convoyeur et m’aimerais reste pour votre equipe merci de me repondre francis morin 581-624-4573&francismorin8@hotmail.com

  2. J’aimerai savoir si vous avait besoin

  3. jaimerais appliquer por la job de soudeur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*