La renaissance du Ritz-Carlton Montréal

Inauguré le 31 décembre 1912, l’hôtel Ritz-Carlton de Montréal est un bijou de l’architecture néoclassique, ce qui lui a valu le surnom de Grande Dame de la rue Sherbrooke. Toutefois, cent ans après son ouverture, l’offre des chambres ne répondait plus aux besoins de la clientèle et un réaménagement intérieur complet s’imposait.

La firme Provencher_Roy a donc été mandatée pour lui redonner un second souffle, tout en prenant soin de conserver son cachet historique et sa personnalité. Le mandat comportait trois volets: la restauration des espaces significatifs, soit le hall d’entrée, le salon ovale et le jardin des palmiers; la rénovation des chambres et des espaces de services; et un agrandissement constitué de résidences luxueuses. Du coup, les deux premiers volets allaient permettre au Ritz-Carlton Montréal de se conformer aux normes internationales en matière de sécurité.

Modernisation des espaces existants

Dans un premier temps, les pièces principales au rez-de-chaussée ont été restaurées pour conserver leur lustre d’antan, tout en modernisant les installations. Ensuite, les étages ont été complètement démantelés de façon à pouvoir réduire le nombre de chambres, qui est passé de 250 à 133, incluant les 31 suites. C’est Moruzzi, le plus important détaillant de pierres exotiques au Canada, qui a fourni le marbre, le granit, le calcaire et le quartz nécessaires pour ce réaménagement.

Photo : Stéphane Groleau

Photo : Stéphane Groleau

Intégration des résidences

L’autre défi consistait à ajouter un étage à l’immeuble de même que 45 résidences répondant aux standards du Ritz-Carlton Montréal, et de trouver une façon d’intégrer cet agrandissement tout en respectant l’architecture néoclassique du bâtiment. «On ne pouvait pas refaire une architecture néoclassique. D’abord, on n’a plus les connaissances ni les techniques utilisées à cette époque-là. Pour éviter de faire un pastiche, il fallait donc s’éloigner de ça en utilisant des matériaux contemporains», décrit Claude Provencher, associé principal et cofondateur de Provencher_Roy.

L’équipe d’architectes a donc opté pour un mur-rideau très raffiné constitué de verre et d’acier le long de la façade ouest du bâtiment, au-dessus d’un ancien garage. «On a composé une enveloppe raffinée et contemporaine avec des couches multiples qui créent une texture particulière», explique Eugenio Carelli, architecte et associé chez Provencher_Roy. En créant des retraits dans la façade vitrée, les appartements semblent former des pièces extérieures en loggias.

Tout en étant modernisé, le bâtiment conserve son identité, établissant une connivence entre le contemporain et l’historique, chacun étant témoin de son époque. Afin de procéder aux travaux, l’établissement a fermé ses portes en 2008 et a rouvert en 2012. Il est le premier de la chaîne Ritz-Carlton à avoir été construit en Amérique du Nord.

  • Client : Les Investissements Mirelis inc.
  • Superficie : 43 000 m2 dont 12 500 m2 d’agrandissement
  • Période de réalisation : 2010 – 2013
  • Partenaire : COPRIM
  • Entrepreneur : Pomerleau
  • Électromécanique : Le Groupe E+
  • Structure : SBSA
  • Experts-Conseils en structure Acoustique : MJM Conseillers en acoustique inc.
  • Autres Collaborateurs : Distributions Félisol inc. / Les consultants EXIM inc. / Les agences Réal Demers
  • Aménagement Intérieur Hôtel : Buz design / Résidences : Patty Xenos design

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*