Lemay et Atelier 21 signent l’écrin du Grand Théâtre de Québec

Après avoir remporté le concours architectural lancé par le Grand Théâtre de Québec, le consortium Lemay et Atelier 21 est fier de dévoiler la nouvelle enveloppe de verre qui protégera le complexe culturel. Il s’agit de la toute première fois où une enveloppe de verre de cette envergure sera réalisée dans le cadre d’un projet de préservation du patrimoine, au Canada.

Aux prises avec un important problème de dégradation de son enveloppe en panneaux de béton préfabriqués, le Grand Théâtre de Québec requiert des travaux qui assureront la pérennité du bâtiment. La solution proposée par l’équipe consiste en une approche holistique, délicate, transparente et sobre. Le jury a été charmé par cette nouvelle enveloppe qui formera un écrin protecteur autour de la création de l’architecte Victor Prus, inaugurée en 1971 et véritable icône du courant brutaliste.

Croquis conceptuel de la façade principale

Selon Eric Pelletier, architecte et associé principal création chez Lemay, il était crucial de respecter la vision de Prus, en plus d’assurer l’intégrité de la murale de Jordi Bonet, sculptée sur une superficie de 1 000 m2, à même la paroi intérieure de la structure du bâtiment. « À l’instar d’une pièce de théâtre écrite il y a 50 ans, il faut remettre en scène le Grand Théâtre à travers une nouvelle lecture s’inscrivant dans notre époque, dans un esprit respectueux et actualisé de l’œuvre originale de Prus. »

Le futur écrin de verre s’intégrera au bâti comme un cocon de conservation moderne, où l’interstice formé par la double façade sera tempéré et ventilé permettant ainsi d’assurer la préservation des panneaux de béton.

L’opération de sauvetage audacieuse répond à une problématique de taille, soit la dégradation structurelle importante à laquelle le Grand Théâtre était en proie. Les périodes de gel et de dégel répétées entraînent la rouille des ancrages métalliques et exposent ainsi les panneaux de béton au risque d’éclatement.

De multiples contraintes

En plus de composer avec l’œuvre existante de Jordi Bonet, intimement liée à la structure du bâtiment, l’équipe de projet a également été confrontée à des enjeux propres à la vocation artistique de l’établissement. En effet, il était nécessaire de maintenir un taux d’humidité optimal intra-muros pour préserver les instruments de musique du risque de fendillement causé par l’air trop sec. La volonté du Grand Théâtre de Québec était également de poursuivre ses activités durant la réalisation des travaux. Ainsi, la solution développée tient compte de l’ensemble de ces contraintes.

Les travaux de réparation et de protection se dérouleront du printemps 2017 à la rentrée 2018 et s’élèveront à 16 000 000 $.


Architectes : Lemay et Atelier 21

Ingénieurs en mécanique / électricité : WSP

Ingénieurs en structure : WSP

Ingénieurs en conception de verres et de fixations : ELEMA

Experts en ingénierie des matériaux : SIMCO

Entrepreneurs: Pomerleau

Superficie du projet : 5 900 m² d’enveloppe de verre

Coût des travaux : 16 M$

Début des travaux : printemps 2017

Fin des travaux : automne 2018

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*