Le Chilien Alejandro Aravena remporte le “prix Nobel de l’architecture”

Architecte engagé, Alejandro Aravena, qui s’intéresse au logement social et aux villes émergentes, vient de remporter le prestigieux prix Pritzker.

“J’en suis resté muet, je n’ai pas pu dire un mot pendant dix minutes”, confie Alejandro Aravena au journal chilien El Mercurio.

1312_BoardMeeting_Aravena_Portrait

A 48 ans, cet architecte qui dirige le cabinet Elemental à Santiago est le troisième Latino-Américain à être distingué par le “prix Nobel de l’architecture”, le prix Pritzker. Avant lui, rappelle El Mercurio, le Mexicain Luis Barragán, en 1980, et deux Brésiliens – Oscar Niemeyer en 1988 et Paulo Mendes da Rocha en 2006 – avaient obtenu ce prix.

Il est l’un des pionniers de la pratique collaborative en architecture. Le Chilien Alejandro Aravena a reçu, mercredi 13 janvier, le prestigieux prix d’architecture Pritzker, décerné par la fondation Hyatt. L’architecte a su « montrer comment l’architecture, dans ce qu’elle a de meilleure, peut améliorer la vie des gens », a annoncé Tom Pritzker, le président de la fondation Hyatt.

Alejandro Aravena s’intéresse prioritairement au logement social et à la problématique des villes émergentes, qui se pose de façon cruciale sur le continent sudaméricain avec son urbanisation chaotique et accélérée.

L’architecte est notamment connu pour les «tours siamoises» de l’université catholique du Chili (2005), son école d’architecture (2004), sa faculté de médecine (2004) et de mathématiques (1999).

«tours siamoises» de l’université catholique du Chili

«Tours siamoises» de l’université catholique du Chili

M. Aravena est également l’architecte du bâtiment de bureaux en construction à Shanghai (Chine) pour le groupe pharmaceutique suisse Novartis. Il a aussi construit aux Etats-Unis les dortoirs de l’université St Edward à Austin (Texas). Travaillant à la fois pour le public et le privé, « il incarne le renouveau d’un architecte plus socialement engagé », écrit aussi le communiqué de la fondation Hyatt.

L’agence Elemental a ainsi construit des immeubles sur le terrain d’une favela à Iquique, dans le nord du Chili, proposant aux bénéficiaires de terminer eux-mêmes l’ouvrage, tant pour maîtriser les coûts que pour inciter les habitants à s’approprier un projet collectif.

“Pour Aravenaécrit El Mercuriol’architecture et surtout [les instances de décision dans] la ville peuvent jouer un rôle très important en corrigeant les inégalités grâce à des projets urbains.”

L’engagement social est un pari difficilesouligne l’architecte. “Pour atteindre cet objectif, soulignait Alejandro Aravena à Paris lors d’une exposition à la Cité de l’architecture en mai 2014, “les architectes doivent parvenir à dépasser des contraintes de coûts qui les incitent souvent à s’écarter des projets sociaux dotés de peu de moyens financiers”.

L’architecte chilien, qui a également été nommé en septembre dernier directeur de la Biennale de Venise 2016, pourrait prochainement travailler en Europe sur des projets de logements sociaux destinés aux migrants, selon El Mercurio.

Premier Chilien à être distingué

M. Aravena est le 41e lauréat du prix Pritzker, doté de 100 000 dollars versés par la fondation Hyatt. Il recevra son prix et une médaille de bronze le 4 avril à l’ONU à New York.

Premier Chilien lauréat du prix, l’architecte est le quatrième originaire d’Amérique du Sud à le recevoir après Luis Barragan (1980), Oscar Niemeyer (1988) et Paulo Mendes da Rocha (2006). L’an dernier, c’est l’architecte allemand Frei Otto qui avait reçu à titre posthume ce prestigieux prix au lendemain de sa mort, à 89 ans, le 9 mars 2015.

Le prix Pritzker d’architecture a été créé en 1979 pour récompenser le travail d’un architecte vivant, par l’homme d’affaires américain et dirigeant de conglomérat Jay Arthur Pritzker, décédé en 1999.

Sources: Le Monde, Courrier International

 

Mots-clés:

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*