Des jardins participatifs au 16e Festival international de jardins

Le 16e Festival international de jardins propose jusqu’au 28 septembre 2015, vingt-six jardins contemporains dans le très bel environnement des Jardins de Métis, en bordure du fleuve Saint-Laurent en Gaspésie. Six installations inédites sont déployées cette année et les visiteurs pourront les rendre bien vivantes puisqu’ils seront invités à y entrer pour les bouger, les toucher, les sentir, et même s’y mouiller ou simplement s’y reposer.

Plusieurs des jardins éphémères de l’édition 2015 sont en effet interactifs et encouragent les visiteurs à y entrer avec enthousiasme. Le but est de les intriguer avec de l’insolite, comme des arbres que l’on peut déplacer dans le paysage, ou de les impressionner par de nouvelles façons de présenter ce qui est banal, comme des fleurs bleues qui se tissent un chemin au travers un tressage ou des rideaux de pastilles vertes qui se prennent pour des feuilles de peuplier faux-tremble. Et les enfants, petits et grands, seront heureux d’enfiler les bottes de caoutchouc colorées pour aller découvrir ce qui se cache dans cette mystérieuse boîte au milieu d’un bassin ou de dessiner des formes circulaires dans un grand rectangle inspiré des jardins japonais.

Les jardins qui ont remporté le concours 2015 sont des créations venant de Tel Aviv, Paris, Winnipeg et Québec :

Around-About

de Talmon Biran architecture studio [Roy Talmon & Noa Biran], Tel Aviv, Israël

AROUND-ABOUT (2015)  Talmon Biran architecture studio [Roy Talmon, Noa Biran] Tel Aviv, Israël www.talmonbiran.com Commanditaire : Consulat général d'Israël à Montréal Crédit photo : Martin Bond

AROUND-ABOUT (2015)
Talmon Biran architecture studio [Roy Talmon, Noa Biran]
Tel Aviv, Israël
www.talmonbiran.com
Commanditaire : Consulat général d’Israël à Montréal
Crédit photo : Martin Bond

Contrairement au jardin zen japonais, qui est conçu pour être vu de l’extérieur, ce jardin doit être vu, créé et expérimenté depuis l’intérieur, à travers une activité joyeuse et ludique. Lorsque les visiteurs marchent en poussant les structures, leurs traces viennent défaire le motif ordonné du gravier. Lorsqu’ils les déplacent en tirant sur celles-ci, le jardin retrouve son motif initial.

Les deux architectes de Talmon Biran architecture studio travaillent autant sur des projets d’architecture que sur des installations artistiques ou des interventions en milieux urbains. Ils explorent autant les projets privés que publics ou commerciaux, à différentes échelles – du design intérieur aux bâtiments, de l’urbanisme à l’architecture de paysage. Leur travail se caractérise par une approche multidisciplinaire, née de leurs expériences en arts visuels, danse, photographie et vidéo.

Carré bleu sur fond blanc

de Kihan Kim & Ophélie Bouvet, Paris, France

CARRÉ BLEU SUR FOND BLANC (2015)  Kihan Kim & Ophélie Bouvet Paris, France www.kihankim.com Crédit photo : Martin Bond

CARRÉ BLEU SUR FOND BLANC (2015)
Kihan Kim & Ophélie Bouvet
Paris, France
www.kihankim.com
Crédit photo : Martin Bond

Une toile est installée à la surface du jardin, elle agit comme un filtre révélateur qui s’active au moment de la floraison. La surface vibrante du cordage crée la confusion entre les parties immergées et submergées des plantes qui y tissent un motif en filigrane. Cette croissance créatrice s’accompagne du bourdonnement des abeilles attirées par les pollens des plantes mellifères. Le résultat est une tapisserie vivante qui se dessine et se redessine sous les yeux des visiteurs le temps du Festival.

Kihan Kim a suivi une formation en architecture à l’Inha en Corée du Sud, puis obtenu un master universitaire en paysagisme à l’ETSAB de Barcelone.Ophélie Bouvet a quant à elle étudié à l’École nationale supérieure du paysage de Versailles en France, puis à l’ETSAB de Barcelone et l’ECA d’Edimbourg. Ensemble, ils collaborent sur de nombreux projets et interviennent à différentes échelles. Entre art, design, jardinage, paysage, architecture et territoire, leurs interventions, parfois minimalistes et épurées, s’inspirent directement du site et de ses singularités, proposant un regard poétique sur l’espace qui les entoure. Leur démarche s’appuie souvent sur la réinterprétation des mécanismes naturels comme matière première de leurs créations.

I like to move it

de DIXNEUFCENTQUATREVINGTSIX Architecture [Mathilde Gaudemet & Arthur Ozenne], Paris, France

I LIKE TO MOVE IT (2015)  DIXNEUFCENTQUATREVINGTSIX Architecture [Mathilde Gaudemet & Arthur Ozenne]  Paris, France Crédit photo : Martin Bond

I LIKE TO MOVE IT (2015)
DIXNEUFCENTQUATREVINGTSIX Architecture [Mathilde Gaudemet & Arthur Ozenne]
Paris, France
Crédit photo : Martin Bond

Dans ce jardin, le visiteur se retrouve face à une parcelle en friche. L’intervention de l’homme y semble inexistante. Mais des lignes régulières, rythmant la perspective, attirent l’œil du visiteur. Il se rapproche, tourne autour, scrute, s’interroge, finit par toucher. Et l’arbre se met à bouger. Le visiteur peut le faire glisser et ainsi créer son propre jardin. Le banal devient insolite. La nature ainsi domestiquée transforme le paysage en jardin.

Le collectif DIXNEUFCENTQUATREVINGTSIX Architecte est né d’un désir commun de proposer une architecture contemporaine appropriable et compréhensible par tous. Considérant la pratique architecturale comme véritable lieu d’expérimentation, les architectes accordent autant d’importance à la qualité poétique d’un espace qu’à sa mise en œuvre. Leur pratique puise son fondement dans les rapports entre l’individu et le collectif, le particulier et l’universel, l’exceptionnel et le banal, intégrant le souci permanent de placer l’être humain au cœur de leurs projets.

Popple

de Meaghan Hunter & Suzy Melo, Winnipeg (Manitoba) Canada

POPPLE (2015)  Meaghan Hunter & Suzy Melo Winnipeg (Manitoba) Canada Commanditaire : Association manitobaine des architectes paysagistes      Crédit photo : Martin Bond

POPPLE (2015)
Meaghan Hunter & Suzy Melo
Winnipeg (Manitoba) Canada
Commanditaire : Association manitobaine des architectes paysagistes
Crédit photo : Martin Bond

Ce jardin se veut une distillation du site existant par l’utilisation de rideaux colorés qui simulent les sons magiques et les images du peuplier faux-tremble (Populus tremuloides). Un plan vertical de disques multicolores danse dans le vent, créant une mélodie et un buzz visuel comme les feuilles tremblantes du peuplier faux-tremble. Les visiteurs sont encouragés à interagir avec les rideaux et contribuer au mouvement des disques/feuilles.

Meaghan Hunter est détentrice d’une maîtrise en architecture de paysage et d’un baccalauréat en design environnemental. Sa créativité et son éclectisme l’amènent à toucher à l’architecture, au design urbain, à l’architecture de paysage, où l’écologie, la gestion de l’environnement, l’ingénierie et les arts se côtoient. Suzy Melo est détentrice d’une maîtrise en architecture de paysage et d’un baccalauréat en design environnemental. Elle s’intéresse particulièrement aux espaces de transition entre intérieur et extérieur; ceux qui sont fortement délimités par l’architecture construite. Elles travaillent toutes deux pour des firmes d’architectes de paysage à Winnipeg.

Se mouiller (la belle échappée)

de Groupe A / Annexe U [Jean-François Laroche, Rémi Morency, Erick Rivard & Maxime Rousseau], Québec (Québec) Canada

SE MOUILLER (la belle échappée), 2015  Groupe A / Annexe U [Jean-François Laroche, Rémi Morency, Érick Rivard & Maxime Rousseau] Québec (Québec) Canada www.groupea.qc.ca  Commanditaires : KAMIK et Polyalto Crédit photo : Groupe A / Annexe U

SE MOUILLER (la belle échappée), 2015
Groupe A / Annexe U [Jean-François Laroche, Rémi Morency, Érick Rivard & Maxime Rousseau]
Québec (Québec) Canada
www.groupea.qc.ca
Commanditaires : KAMIK et Polyalto
Crédit photo : Groupe A / Annexe U

L’installation met de l’avant notre rapport face aux espèces invasives et au délicat équilibre des écosystèmes. On tente ici de retenir la plante dans une sorte d’étau où le visiteur est invité à pénétrer. La plante saura s’évader au fil de l’avancement de l’été. Perte de contrôle? Quand le beau devient danger…

Groupe A / Annexe U est une firme d’architectes de Québec qui a développé une expertise unique en aménagement du territoire, en urbanisme et en design urbain. Pour les membres de cette équipe multidisciplinaire, la participation et l’interaction du client (ici, celles du visiteur), et de tout autre intervenant concerné par la démarche, sont au cœur de la réflexion. La sensibilité avec laquelle ils abordent chaque projet et leur créativité ont jusqu’ici assuré le succès de la firme, qui a été lauréate et finaliste dans de nombreux concours.

Une invitation spéciale a aussi été faite à Pete North et ses étudiants à la Maîtrise en architecture de paysage de l’Université de Toronto, qui sont venus créerMacro / Micro / Myco : Une invitation à être enveloppé par ces organismes énigmatiques, les champignons, permettant de découvrir leurs formes délicates et provocatrices. Le jardin offre l’expérience unique de traverser les différentes échelles du mycélium : macro ou l’immensité de l’environnement qu’ils habitent et soutiennent et micro ou l’émerveillement devant ces minuscules organismes et l’intimité qu’ils invoquent.

La Faculté d’architecture, de paysage et de design Daniels offre des programmes de maîtrise en architecture, architecture de paysage, design urbain et arts visuels – ainsi que des programmes de premier cycle qui utilisent l’architecture et les arts visuels comme un prisme par lequel les étudiants peuvent poursuivre une éducation fondée sur les arts. Pete North est professeur à la faculté d’architecture Daniels de l’Université de Toronto. Avec Alissa North de North Design Office, il a créé pour le Festival le jardin Core Sample en 2006.

Le jury de l’édition 2015 du Festival international de jardins (FIJ) était composé de Paula Meijerink, architecte paysagiste, coconceptrice de Asphalt Garden, FIJ 2003 et Shushu, FIJ 2004; François Leblanc, architecte, coconcepteur de Méristème, FIJ 2014; Rosetta Sarah Elkin, architecte paysagiste et professeure à l’Université Harvard, Graduate School of Design, conceptrice de Tiny Taxonomy, FIJ 2010-2014; Edith Normandeau, directrice générale par intérim, Association des architectes paysagistes du Québec et Alexander Reford, directeur des Jardins de Métis et du Festival international de jardins.

Les 309 projets qui ont été soumis en provenance de 34 pays sont présentés en ligne sur le site internet du Festival : http://www.festivalinternationaldejardins.ca.

À propos du Festival international de jardins

Le Festival international de jardins est le plus important festival de jardins contemporains en Amérique du Nord. Depuis sa création en 2000, plus de 150 jardins différents ont été présentés in situ à Grand‐Métis et dans des lieux extra‐muros au Canada et à l’étranger. Présenté aux Jardins de Métis, dans la région touristique de la Gaspésie, le Festival se déroule sur un site adjacent aux jardins historiques créés par Elsie Reford et permet d’établir un dialogue entre l’histoire et la modernité, entre conservation, tradition et innovation. L’événement propose chaque année des créations réalisées par des architectes, architectes paysagistes et concepteurs de divers horizons, dans un environnement naturel en bordure du fleuve Saint‐Laurent. Le Festival international de jardins est présenté grâce au soutien financier des organismes suivants : Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada, Patrimoine canadien, Emploi‐Québec et Emplois d’été Canada.

À propos des Jardins de Métis

Lieu historique national du Canada et site patrimonial du Québec, les Jardins de Métis constituent un arrêt incontournable pour tous ceux qui visitent la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent. Espace culturel et destination touristique depuis plus de 50 ans, les Jardins de Métis demeurent l’un des lieux les plus achalandés de la région est du Québec et offrent aux visiteurs des expériences diversifiées qui sollicitent tous les sens. Situés au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Mitis, ils ont été conçus par Elsie Reford de 1926 à 1958 et figurent au palmarès des jardins nord-américains les plus réputés. Hydro‐Québec est le commanditaire principal des Jardins de Métis depuis 1999. Développement économique Canada est le partenaire principal du Laboratoire des paysages des Jardins de Métis.

Les Jardins de Métis seront ouverts tous les jours, jusqu’au 27 septembre 2015. En tout temps, l’admission est gratuite pour les enfants de 13 ans et moins.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*