Paysage et tourisme: signature et mémoire du lieu

RENDRE ACCESSIBLE ET PRÉSERVER…

CONCILIATION POSSIBLE ?

L’exemple du nouveau parc national du Lac-Témiscouata au Bas-Saint-Laurent

par Marjolaine Lascelles

L’ouverture du parc national du Lac- Témiscouata en juin 2013 aura nécessité plusieurs années de préparation. Prévu pour accueillir à moyen terme près de  100 000 visiteurs annuellement, ce nouveau parc national, au coeur d’une région touristique en deéveloppement, a mobilisé une importante équipe de professionnels, dont des architectes paysagistes. Les parcs nationaux du QuéLbec ont la délicate mission d’assurer la conservation et la protection de territoires tout en les rendant accessibles au public. L’aménagement de ces territoires est un défi de taille. Dans ce contexte, la planification, la sensibilisation et la concertation sont les principaux chevaux de bataille de l’architecte paysagiste.

Une démarche de planification à laquelle prend part l’architecte paysagiste

Dans cet imposant projet, les architectes paysagistes de la Sépaq ont été impliqués à plusieurs étapes, principalement lors de la planification. L’équipe de la Sépaq a d’abord priorisé les aménagements à réaliser en fonction du budget alloué et des activités qui y seraient pratiquées. Bien que certains ouvrages incontournables comme les lignes électriques, le réseau routier et les bâtiments d’accueil aient monopolisé beaucoup d’énergie, une vue d’ensemble a été maintenue tout au long du projet pour qu’aucun détail essentiel ne soit oublié.

» En savoir plus…

Mots-clés:

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*