CHRISTIAN LANGLOIS ARCHITECTE

«Même s’il y a un style commun, il n’est pas question de créer un modèle unique. Chaque résidence reste donc un défi complet : chaque fois, il faut faire un bâtiment conçu spécialement pour les gens qui vont y vivre».

Fondateur de l’agence de placement Les Sentinelles de l’architecture, l’architecte Christian Langlois s’est joint au Groupe Savoie, il y a quelques années, pour la réalisation de la Résidence Soleil de Pointe-aux-Trembles. Il poursuit depuis son travail avec le Groupe Savoie et a signé récemment deux nouvelles constructions, dont le Manoir Sainte-Julie et le Manoir Laval qui, avec ses 25 étages et ses 725 logements, est devenu le plus important complexe locatif pour personnes âgées au Canada.

Une importante préparation

Christian Langlois a installé un bureau satellite de travail pendant deux ans à la Résidence Soleil de Boucherville, où se trouve également le siège social du Groupe Savoie. Il a ainsi obtenu un accès privilégié au quotidien de la clientèle type de l’établissement et a développé une sensibilité accrue aux besoins des usagers. Conséquemment, les plans du Manoir Laval ont tenu compte de ses observations, c’est pourquoi rien n’y est laissé au hasard et tout a été pensé en fonction d’un confort au quotidien. «C’est une façon rêvée de travailler pour un architecte: j’ai gagné une bonne connaissance de la clientèle et une complicité avec les propriétaires et les gestionnaires qui m’ont permis de créer un projet plus personnel, près des gens pour qui il a été pensé », explique l’architecte. Il a par la suite installé son bureau satellite sur le chantier du Manoir Sainte-Julie d’où il a pu assurer un contrôle de la qualité et superviser la réalisation des détails, de sorte que les standards de qualité élevés ont pu être maintenus sur l’ensemble du projet.

Parmi les mesures prises par Christian Langlois et le Groupe Savoie pour favoriser la création d’un milieu de vie agréable, on note d’abord la forme du bâtiment qui, résultant d’études, minimise les distances à parcourir entre les logements et les aires communes. De la même manière, il n’y a pas de dénivelés sur les aires de plancher, ce qui fait du Manoir Laval un endroit parfaitement adapté aux troubles de motricité et de vision qui peuvent affecter les gens qui y résident.

D’autre part, Christian Langlois et le Groupe Savoie ont prévu l’installation de cinq grands ascenseurs ultra rapides, même si les normes n’en exigeaient que trois, pour améliorer la circulation verticale dans l’immeuble.

Enfin, les logements sont tous entièrement adaptés de sorte que les locataires n’aient pas à déménager s’ils sont victimes d’une perte d’autonomie soudaine.

Des aires communes de qualité supérieure

«Le Groupe Savoie a la préoccupation constante de créer des milieux de vie agréables pour les résidents et j’ai travaillé avec eux pour développer un bâtiment qui offrirait de beaux espaces et des aires communes variées. C’était un projet très intéressant à développer, compte tenu de l’ampleur du Manoir Laval», explique Christian Langlois. Les aires communes sont donc nombreuses au Manoir Laval où l’on retrouve, notamment, un cinéma, une piscine et gymnase, un bon lot d’espaces récréatifs, une bibliothèque et un simulateur de golf. Toutefois, la grande particularité du bâtiment est l’immense salle à manger qui occupe le 23e étage.

Pouvant accueillir jusqu’à 350 personnes, la salle à manger se démarque d’abord par la vue imprenable qu’elle offre sur le Mont-Royal et sur la ville de Montréal. Du reste, la pièce entièrement fenestrée ne comporte aucune colonne de soutien puisqu’elle est montée sur une structure d’acier, ce qui facilite sa reconfiguration au besoin et permet aux usagers de bénéficier d’une grande pièce multifonctionnelle. Il est donc possible, par exemple, de transformer la salle à manger en une salle de danse le temps d’une soirée !

La forme en hauteur du Manoir Laval a également rendu possible la création d’un vaste atrium d’une hauteur de deux étages construit sur la façade du bâtiment. L’espace ainsi développé compte 22 pieds libres, ce qui permet aux résidents du Manoir de bénéficier d’un lieu de détente en intérieur privilégié qui comprend un parcours santé et un circuit de minigolf favorisant l’activité physique légère. De plus, certains appartements possèdent un balcon intérieur avec vue sur l’atrium.

Un bâtiment performant

D’autre part, la performance du bâtiment et des matériaux utilisés ont été un souci constant pour Christian Langlois et le Groupe Savoie. Ils ont donc opté pour une membrane thermosoudée pour la création de l’enveloppe extérieure puisqu’elle maximise l’étanchéité du bâtiment et permet d’atteindre des objectifs élevés en matière d’économie d’énergie.

Christian Langlois et le Groupe Savoie ont également fait appel au système de coffrage PERI pour l’élévation du bâtiment. «Ce système européen révolutionne la construction en béton!», s’exclame l’architecte. À preuve, le système innovateur a permis la construction d’une dalle de béton en quatre jours, malgré la rigueur du climat hivernal. De fait, le système mis au point par PERI, plus grand fournisseur et producteur dans le secteur des coffrages et des échafaudages, permet de décoffrer la dalle tout en gardant en place l’étaiement évitant ainsi la déflection de la dalle lors du décoffrage et entraînant la possibilité pour le constructeur d’ériger la structure beaucoup plus rapidement qu’avec tout autre système de coffrage. Ainsi, grâce au système PERI, la gestion de l’exécution des travaux s’est faite plus facilement, alors que l’ensemble des travaux s’est fait plus rapidement et de façon plus sécuritaire. Sachant que chacun des étages du Manoir Laval fait pas moins de 25 000 pieds carrés, l’économie de temps qu’a permis le système PERI est significative.

Un architecte à l’affût des nouveautés technologiques

Christian Langlois a misé sur les fonctionnalités du nouveau logiciel de conception de bâtiments Autodesk® Revit® Architecture, conçu spécialement pour la modélisation des données du bâtiment (BIM). Ainsi, le Manoir Laval a été conçu en trois dimensions dès le départ, de sorte qu’il a été aisé de détecter les failles dès les premières étapes de conception et d’y remédier rapidement. De plus, le logiciel a l’avantage de créer une maquette unique de travail pouvant être utilisé par tous les intervenants, assurant ainsi la cohésion entre tous les membres de l’équipe. « J’ai vraiment apprécié mon expérience de modélisation des données et je compte bien maximiser son utilisation lors de la conception de la Résidence Soleil de Brossard. BIM fait en sorte qu’une équipe réduite au maximum puisse réaliser des projets d’architecture d’envergure tout en minimisant les risques d’erreurs », poursuit Christian Langlois. Du reste, Christian Langlois, a pris plaisir à participer activement à toutes les étapes du projet du Manoir Laval, de la conception à la surveillance des chantiers. Pour l’aider dans sa tâche, l’architecte a pu compter sur l’aide de son technicien senior bachelier en architecture, Carlos Villalon, avec qui il a développé une technique de travail efficace.

D’une résidence à l’autre

Conjointement avec le Groupe Savoie, Christian Langlois travaille maintenant à développer un style propre aux Résidences Soleil qui sera à la fois reconnaissable par l’agencement des matériaux et des formes, mais possédera une capacité d’adaptation suffisante pour permettre l’intégration facile dans les différentes villes du Québec. «Même s’il y a un style commun, il n’est pas question de créer un modèle unique. Chaque résidence reste donc un défi complet : chaque fois, il faut faire un bâtiment conçu spécialement pour les gens qui vont y vivre », explique Christian Langlois.

C’est notamment le cas de la Résidence Soleil de Sainte-Julie qui compte 497 logements. Toutefois, alors que le Manoir Laval se trouve dans un secteur semi-commercial, le Manoir Sainte-Julie a été construit dans un secteur résidentiel. Il a donc fallu adapter son architecture à celle des bâtiments déjà construits à proximité, de sorte que la hauteur de l’édifice a été limitée à 6 étages de 80 000 pieds carrés chacun. Si le format du bâtiment diffère radicalement de celui du Manoir Laval, on retrouve néanmoins des caractéristiques communes aux deux constructions. Dans les deux cas, par exemple, une attention particulière a été portée à la facilité des déplacements entre les différents lieux, c’est pourquoi le Manoir Sainte-Julie compte lui aussi cinq ascenseurs. De même, toutes les aires communes ont été centralisées pour en faciliter l’accès.

Parmi les aires communes du Manoir Sainte-Julie, on retrouve également un atrium et une salle à manger de grande taille siégeant au sixième étage. De là, les résidents ont une vue imprenable sur le Mont Saint-Bruno et les environs. De même, deux terrasses ont été ajoutées au sixième étage offrant une vue sur le Mont Saint-Hilaire à l’avant et sur Montréal à l’arrière.

Enfin, le Manoir Sainte-Julie se distingue par sa forme originale rappelant un M qui permet de créer deux cours intérieures auxquelles ont accès les résidents. Ces cours, comme les nombreuses autres aires communes, permettent aux locataires de bénéficier d’endroits de repos de qualité où ils peuvent également accueillir les membres de leur famille.

2 commentaires

  1. Pingback: Résidences Soleil Manoir Laval – Christian Langlois architecte

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*