Ville de Montréal : une ville et ses artères

Les travaux d’infrastructures et d’aménagements, ainsi que la gestion de ces interventions sur les axes urbains sont devenus pour la VILLE DE MONTRÉAL, l’une des priorités de ces dernières années.

Les travaux d’infrastructures et d’aménagements, ainsi que la gestion de ces interventions sur les axes urbains sont devenus pour la VILLE DE MONTRÉAL, l’une des priorités de ces dernières années.

Les boulevards Saint-Laurent et de Maisonneuve, nécessitaient des interventions tant sur le plan des infrastructures que sur celui du design urbain.

La VILLE DE MONTRÉAL a donc décidé en 2004 d’investir dans de nombreux  travaux d’aménagement et d’entretien sur les différents réseaux, égouts, aqueducs et électricité du domaine public qui avaient été délaissés pendant des années. La décision de la ville d’intervenir en transformant la rue Chabanel, au  nord de la ville, a par ailleurs suivie.

La Main, une artère emblématique de Montréal…

Pour le chantier du boulevard Saint-Laurent, les équipes d’urbanistes, d’architectes, d’ingénieurs et de gestion des projets de la VILLE DE MONTRÉAL tenaient à faire un travail important de concertation préalable auprès des responsables d’arrondissements, des riverains, des places d’affaires et des associations de commerçants.

Avant même d’obtenir l’approbation par le comité exécutif, il s’agissait ainsi de rassembler les intervenants autour d’objectifs communs, que ce soit aussi bien pour le choix des aménagements, que pour la planification des travaux.

Dans la majeure partie du tracé, le réseau d’aqueduc a dû être refait à neuf. Grâce aux efforts effectués par les gestionnaires et à la demande des commerçants, la VILLE DE MONTRÉAL a pu conserver en tout temps la circulation routière et piétonne. L’accès aux édifices ainsi que l’approvisionnement en eau, gaz et électricité nécessitait le maintient du chantier. Ce chantier a permis à la ville d’innover dans leur façon de faire, surtout en ce qui concerne la gestion des impacts. Au niveau des communications, des outils tels qu’un site internet, des bulletins d’information et des réunions de comités de citoyens ont été créés et mis en place lors du chantier.

…et un repère chronologique

Pour redonner à la Main sa vocation initiale, il fallait élargir les trottoirs et laisser moins de place à l’automobile au profit des transports en commun et des piétons. Sans bouleverser l’âme et l’éclectisme de cette artère principale -première rue à sortir des anciennes fortifications de la ville historique-, il était nécessaire de rationaliser et d’ordonnancer l’ensemble du mobilier urbain et signalétique.

Dans l’optique de souligner l’évolution du boulevard Saint-Laurent dans le temps, les concepteurs Louis-Paul Lemieux et Peter Soland, architectes ont proposé d’apposer les dates de construction de chacun des bâtiments sur le trottoir. Il était intéressant de marquer ainsi l’ensemble de ces bâtiments qui font la richesse du patrimoine culturel de la ville et de la Main. Par ailleurs, le piéton peut alors remarquer en se promenant, le marquage subtil fait au sablage faisant référence aux bandes graduées de la règle.

Un Montréal plus vert et cosmopolite

Afin d’offrir aux promeneurs et résidents un cadre de vie agréable et plus naturel au sein même du centre ville, de nombreux arbres ont été plantés, agrémentés de grilles de protection et de fosses d’arbres agrandies. Les trottoirs ont été élargis de 75 cm sur chaque côté de la rue permettant ainsi de créer une dynamique plus intéressante et d’accroître le confort des piétons.

Dans un tronçon du boulevard St-Laurent, au niveau du secteur portugais, la ville a travaillé en collaboration avec différents artistes et artisans de cette communauté. Des bancs marqués de citations poétiques ont été implantés et comportent un design distinctif. Des tuiles, sur lesquelles il est possible d’admirer des œuvres graphiques rappelant les azulejos traditionnels portugais, figurent ainsi sur les bancs.

Vers l’ouest !

Le chantier du boulevard de Maisonneuve, axe traversant des points stratégiques et importants du centre ville, entre également dans sa dernière phase avec la fin des travaux de la Place Norman-Béthune à l’été prochain. La revitalisation et l’aménagement de cette place sont le point d’orgue de l’ensemble des interventions et améliorations apportées à cette artère principale.

La réfection de cette place a été rendue possible grâce à la collaboration de plusieurs partenaires et de l’Université Concordia.La statue de Béthune, offerte par le gouvernement chinois, a été restaurée et mise en valeur. Ses abords ont été réaménagés, tout en respectant certains principes Feng Shui. La place compte désormais des arbres Ginko Biloba, clin d’œil à la Chine.

Des interventions sur la rue Sainte-Catherine, dans le Quartier des spectacles, sur la Place du Canada ainsi que sur la Place d’Armes ont également été mises au programme des grands travaux dans les mois et années qui viennent.

Mots-clés:

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*